Catherine, 43 ans

Je fais du yoyo avec mon poids depuis l'âge de 18 ans. Au chômage en 2004, j'ai volontairement perdu 18 kilos. Puis repris 25 kilos sans parvenir à perdre un seul kilo depuis une année ! Sur les conseils d'une amie, j'ai décidé de consulter un médecin spécialisé. Ce n'était pas une démarche évidente car celui que j'avais vu précédemment s'était montré très dur et décourageant.

Et là, avant toute chose, une simple question formulée avec empathie : «Comment ça va ?». J'ai complètement craqué et me suis mise à pleurer. En réalité, j'étais en situation de burn out (ndlr : épuisement professionnel), ce qu'elle a tout de suite compris, alors que je venais uniquement pour un problème de poids !

Le cours proposé par Eurobesitas est génial. Le médecin est présent et suit le groupe pas à pas. On touche à tous les domaines, aussi bien alimentaires que psychologiques et même de relookage. Chacun raconte ses souffrances sans crainte d'être jugé*. Il existe même une Charte de confidentialité que chacun s'engage à respecter - et l'on sait que cela n'ira pas plus loin. Pour ma part, j'ai beaucoup apprécié l'atelier d'art thérapie. J'aime beaucoup peindre mais il faut préciser que le talent n'est pas nécessaire à cette thérapie ! Et puis j'ai appris le Nordic Walking : j'adore ! Même si c'est un investissement financier, cela en vaut la peine et je me réjouis de chaque nouveau cours.

Désormais je ne me trouve pas plus belle... mais je me trouve moins moche ! Grâce à ces cours, j'arrive à nouveau à me regarder dans le miroir. J'apprends à être plus égoïste, à m'occuper de moi sans culpabiliser. J'ai enfin réussi à dire des choses à ma mère et nous sommes parties 4 jours ensemble, ce que nous n'avions jamais fait auparavant, sans problème.

 


* Note d'Eurobesitas : le cours est ouvert aux hommes comme aux femmes.

Joëlle, 36 ans

À 21 ans, après avoir accouché de mon premier enfant, ma balance affichait 38 kilos supplémentaires ! Dans ma famille, j’ai toujours vu ma maman au régime, comme ma grand-mère. Quant à moi, j’ai suivi toutes sortes de régimes et réussi parfois à perdre un peu. Et avant de suivre le cours et les conseils d’Eurobesitas, je prenais 5 kilos en semaine prémenstruelle !

Maintenant que je me nourris mieux, je ne prends qu’un kilo.

Je souffrais aussi de compulsions, une sorte d’appel du frigo : durant 1-2 ou 3 mois, il fallait que je mange tout ce qu’il y avait dedans … et puis je me laissais mourir de faim jusqu’à ce que je parvienne au poids que je voulais et je recommençais !

C’est après la naissance de mon troisième enfant que j’ai décidé de suivre les cours proposés par Eurobesitas.

Je n’ai jamais eu l’impression d’être déconnectée de mon corps même s’il me disait que tout n’allait pas bien : j’avais mal au dos, aux genoux, etc. Et je ne réagissais plus.
Le cours mené par Corinne-Nathalie Nally par exemple, axé sur la Gestalt thérapie et l’IMR, m’a permis de me réapproprier mon corps. Cette thérapeute nous a appris à discerner ce qui vient de nous et ce qui ne vient pas de nous (« Je dois, il faut… »), même s’il existe des zones grises. Pour ma part, je disais souvent : « Ca me gonfle »… Cela exprime bien ce que je n’avais pas digéré et que je ne parvenais pas à exprimer !

L’un des jeux proposés consiste à dialoguer – en toute confidentialité - avec son corps, par le biais d’une chaise. L’exercice n’est pas facile pour moi mais j’ai compris que je devais régler certaines choses avant de pouvoir être totalement honnête et ne pas jouer la comédie. Sur le moment cela fait mal de se dévoiler, c’est vrai, mais on en ressort plus grand ! D’autres jeux m’ont beaucoup chamboulée et j’ai fait du chemin au fil des séances.

Depuis que j’ai suivi cet atelier, j’ai une meilleure posture, j’ai perdu du poids et je renvoie une image plus agréable (je me vautrais). Je me sens sexy, plus affirmée. J’ai fait couper mes cheveux au carré avant d’y ajouter une mèche rouge, comme j’en avais envie, je me maquille beaucoup plus discrètement et j’ai structuré mon look.

Relookage - Luciana

Entreprendre une démarche de changement, de travail sur soi, c’est aussi redécouvrir son corps, apprendre à se faire belle et séduisante... en 3 mots: être une femme !

Le regard malicieux, Luciana est une femme épanouie. Depuis un an et demi, après avoir perdu 20 kilos, elle a réussi à stabiliser son poids. Peu motivée, elle accusait pourtant un surpoids depuis l’enfance. «Suivre le cours proposé par Eurobesitas m’a permis de me rééduquer d’un point de vue nutritionnel. Perdre du poids m’a redonné confiance en moi, sans baisser les bras si je stagnais». Le cours, effectué en groupe (ndlr: 8 à 10 personnes maximum), lui a également permis de partager son expérience, de lui ouvrir des portes. «Maintenant je peux positiver, mieux m’occuper de moi et poser des limites».

Coquette, habile de ses mains, Luciana aime coudre, créer des bijoux, des accessoires. D’emblée, la jeune femme de 37 ans a accepté l’offre d’Eurobesitas, une séance chez la maquilleuse: «Même si je ne me sens pas grosse, je sais que j’ai un physique assez présent. Pourquoi, alors, vouloir me cacher? Autant me montrer et me faire belle».

Comme toutes les femmes, Luciana apprécie que l’on s’occupe d’elle: «J’ai aimé observer les gestes de cette experte du maquillage pour en capter quelques astuces à mettre en pratique. Elle a su me maquiller de manière que cela semble naturel mais un maquillage plus sophistiqué m’aurait aussi tentée. Mes amies m’ont admirée et cela m’a fait plaisir. Une bonne critique, c’est encourageant. Lorsqu’on se sent bien dans sa peau, qu’on est tiré à 4 épingles, on dégage autre chose», a-t-elle encore confié avant de filer à sa leçon de danse orientale*. Parce que depuis qu’elle s’est découverte une passion pour cette danse, Luciana se sent encore mieux dans son corps.

*La danse orientale: l’une des disciplines proposées dans le cours Eurobesitas.

 

 

Les commentaires d’Anne Kissling, maquilleuse à Vevey

 

Pour Luciana, j’ai choisi un maquillage naturel, accentué ses yeux très pétillants, de manière que l’on reste dans son regard.

Première étape : atténuer les rougeurs et cacher les imperfections. Structurer un peu le visage mais sans exagérer. Appliqué sous le menton, un fond de teint ou un blush foncé accentue l’ombre naturelle de cette zone et détache la tête du cou.

J’applique une crème couvrante verte pour cacher les rougeurs puis un fard à joues foncé, qui permet de creuser les joues. Pour affiner le visage, j’ai appliqué une touche de fard à joues plus clair sur les pommettes.


Les yeux :
 j’applique une ombre à paupières brun foncé dans le coin extérieur de l’œil et des zones claires accentuées dans l’arcade supérieure.

Pour agrandir les yeux : du mascara sur les cils de la paupière supérieure, en accentuant sur le coin extérieur de l’œil. Inutile de trop en mettre en bas. Détail d’importance, mieux vaut peu de maquillage sous l’œil pour ne pas donner l’impression de faire tomber les yeux. Un trait de crayon sur la base des cils suffit.

J’ai redessiné les sourcils au pinceau avec de la poudre foncée pour leur redonner une forme et souligner le regard, lui donner du caractère. 

Les lèvres : j’ai redessiné le contour de sa bouche avec un crayon de la même couleur que la bouche de Luciana : à petites stries du bord au dedans, puis un gloss légèrement coloré. Je trouve très agréable ces moments où les femmes me font confiance. Elles se sentent belles et heureuses et disent avoir le sentiment d’être transformées, de pouvoir affronter le monde. C’est très beau !

Chronique de Sabrina

Lorsque nous sommes en surpoids, un des moyens pour essayer de perdre du poids peut être de consulter une diététicienne ou une nutritionniste. Dans un autre temps, solliciter les conseils d’un endocrinologue peut s’avérer bénéfique. Mais la rencontre avec ces « professionnels » peut s’avérer électrique. Pour bon nombre de personnes, mêmes certaines spécialistes, la seule raison de l’obésité est l’absorbation d’un nombre de calorie supérieur au besoin de la personne et le manque d’exercice. Les médecins ne traitent pas le tissu adipeux comme un organe à part entière contrairement au foie ou au cœur. La plupart du temps, ces problèmes sont réglés grâce à des médicaments ou encore une intervention chirurgicale suivant les troubles. Mais la solution à l’obésité est la diminution du nombre de calories ingérées et l’augmentation de l’activité sportive pour de meilleurs résultats. Les thérapeutes ne prennent pas en compte les causes extérieures. Alors comment vaincre le surpoids sans être informé des différentes raisons de notre prise de poids ?

 

Une solution qui, au premier abord, peut se révéler profitable est de consulter une diététicienne ou toute autre professionnelle du régime alimentaire. Mais lors du premier entretien vous vous retrouvez face à une personne limite anorexique avec un brin de dégout dans les yeux. La première étape, surement la plus désagréable, est d’affronter la balance sous le regard de votre spécialiste de l’alimentation et son IMC de 18. Vient alors le moment d’aborder les thèmes de l’alimentation et de l’activité physique en analysant la pyramide alimentaire déjà assimilée depuis longtemps. Pour nos chères nutritionnistes notre surpoids vient obligatoirement et exclusivement de notre manière de manger et du manque de sport. Il est facile de dire à une personne ce qu’elle peut et ce qu’elle doit éviter de manger alors que la situation est totalement inconnue. En revanche, s’interroger sur la prise de poids et se renseigner sur le côté médical et psychologique est nettement plus compliqué !

 

Interroger un endocrinologue, médecin spécialiste des hormones et par extension de la nutrition et des hormones régulatrices de la glycémie sert à savoir de quelle manière notre corps réagit au sucre. Nous pouvons, de cette manière tenter d’éviter le diabète. Certains médecins mettent en place des programmes, souvent destinés aux enfants et aux adolescents pour les aider à perdre du poids. Mais bien souvent, ces programmes ne comprennent que des consultations et une activité physique régulière. Aucun moyen pour savoir si cette prise de poids est due à une autre raison que la combinaison sédentarité et malbouffe. De plus, certains professionnels ne s’empêchent pas d’exprimer leur point de vue sur notre apparence, faisant des remarques déplacées et désobligeantes vis-à-vis du jeune patient et de ses parents.

 

En fin de compte, il est important de considérer tous les facteurs de l’obésité qui ne sont pas seulement une mauvaise alimentation et un manque d’activité physique. D’autres éléments comme le stress, l’hérédité ou encore des facteurs psychologiques jouent aussi un rôle considérable.

 

Sabrina Peretti, 16 ans

Participante Kiloados 2011-2012